Pas de plein emploi sans les seniors !

Au coeur du débat autour de la réforme des retraites se trouve la question épineuse de l’emploi des seniors. Aujourd’hui, le taux d’emploi des seniors (55-64 ans) atteint seulement 53,8% selon les chiffres publiés par la Dares en avril 2022. Surtout, alors qu’il atteint désormais 73,3% pour les 55-59 ans, il n’est plus que de 33,1% pour les 60-64 ans.
Dans l’hypothèse d’un allongement de la durée de travail des Français, les acteurs du marché de l’emploi devront multiplier les réflexions pour proposer aux salariés seniors de travailler plus longtemps, dans un objectif affiché d’atteindre le plein emploi à la fin du quinquennat.
Dans cette perspective, le travail temporaire constitue une solution efficace et déjà choisie par une partie des seniors, pour poursuivre leur parcours professionnel au-delà de 55 ans et même de 60 ou 65 ans. Il s’agit donc d’une voie qui peut contribuer de façon significative au plein emploi à tout âge !

L’intérim, une solution d’emploi de plus en plus utilisée par les seniors

Aujourd’hui, dans le total de la tranche d’âge des plus de 50 ans, les plus de 60 ans représentent déjà 20% des effectifs salariés en intérim, selon l’enquête « Regards croisés sur l’intérim » publiée par l’OIR (Observatoire de l’Intérim et du Recrutement) en juillet 2022.

Selon l’étude « Les seniors dans le travail temporaire » parue en mai 2022, il apparaît que ce sont les salariés âgés de 50 ans et plus qui réalisent davantage de missions que les salariés des autres tranches d’âges puisque leur nombre de contrat oscille entre 9 et 12, contre, en moyenne, 7,2 missions au cours de l’année 2021 pour la totalité des intérimaires.

Par ailleurs, selon l’Observatoire de l’Intérim et du Recrutement, le nombre moyen d’heures travaillées par an par intérimaire est en constante augmentation entre 2017 et 2019 chez les 50-59 ans qui représentent la tranche d’âge ayant la plus forte intensité d’emploi parmi l’ensemble des salariés intérimaires. Avec en moyenne 630 heures de travail par intérimaire entre 50 et 59 ans, les seniors ont une intensité de travail près d’un tiers plus élevé que la moyenne des intérimaires (504 heures). Les 50/59 ans représentent également la première tranche d’âge dans la catégorie des salariés intérimaires travaillant 1200 heures par an ou plus sur l’année, contre 18% des 25/49 ans.

Aussi, l’OIR dresse un constat sans équivoque : 60% des seniors intérimaires interrogés se sont tournés vers l’intérim car cela leur permettait d’accéder rapidement à un emploi. Au-delà de cet accès facilité à l’emploi, force est de constater que l’intérim est aujourd’hui un levier important de maintien dans l’emploi pour les seniors : 28% des seniors interrogés valorisent la possibilité d’exercer des contrats d’une durée limitée moyennant une rémunération jugée satisfaisante.

L’emploi intérimaire présente de nombreux avantages pour les seniors

Plusieurs facteurs propres à l’emploi intérimaire en font une solution utile et adaptée pour le maintien en emploi des seniors.

Tout d’abord, le travail temporaire répond au besoin de flexibilité et d’adaptabilité propre aux travailleurs qui approchent de la retraite. L’emploi intérimaire offre ainsi la possibilité d’organiser son temps de manière plus souple. Les seniors peuvent choisir leur rythme de travail, leurs horaires et le type de contrat qui leur correspond le mieux, en fonction de leurs autres activités et de leurs contraintes, notamment familiales.

Par ailleurs, l’emploi intérimaire offre l’avantage pour les seniors de rester en activité tout en ayant la possibilité de se former, y compris à de nouvelles activités. En effet, les entreprises de travail temporaire investissent plus de 600 millions d’euros annuels en formation. Avec un taux conventionnel de 2,35% de la masse salariale, le secteur dépasse très largement le 1% exigé par la loi. Ainsi, selon l’étude « Les seniors dans le travail temporaire », 14,5% des seniors intérimaires interrogés ont suivi une formation dispensée par une personnes extérieure à l’entreprise. Cet atout formation est important car il permet aux seniors de maintenir leur employabilité et de lever certains freins vis-à-vis des employeurs quant à leur qualification.

Enfin, le travail temporaire constitue un bon moyen de mettre en valeur les compétences des seniors et de faire évoluer les mentalités et les pratiques dans les entreprises utilisatrices, comme le souligne l’étude menée par Ipsos pour l’association À compétence égale en 2022. En effet, alors que 63% des recruteurs indiquent qu’il existe encore des freins au recrutement des seniors, comme des compétences non adaptées à la nature des missions de l’entreprise, des expériences réussies d’emploi de seniors en mission d’intérim permettent, par la preuve, de faire évoluer les mentalités.

Ainsi, face à une persistance des freins à l’emploi des seniors et, dans le même temps, la recherche de prolongation des parcours professionnels, l’emploi intérimaire apparaît comme une solution efficace pour le maintien des seniors en emploi notamment au-delà de 60 ans, pour tous ceux qui pratiquent déjà cette forme d’emploi mais aussi pour d’autres populations qui pourraient ainsi prolonger leur activité plusieurs centaines d’heures par an.

En effet, l’intensité d’emploi en nombre d’heures en moyenne annuelle tend à se réduire pour les salariés intérimaires de 60 ans, mais elle reste néanmoins supérieure à celle des moins de 25 ans. Après 60 ans, l’intérim répond souvent à une logique de complément d’activité et de revenu, à travers une activité exercée à temps partiel. Et c’est encore plus vrai après 65 ans, puisque 89% des intérimaires de 65 ans ou plus se trouvent en situation de cumul emploi-retraite.

Permettre à davantage de seniors de prolonger leur activité grâce à des missions en intérim au-delà de 60 ans, voire de 65 ans, est donc tout à fait à la portée des agences d’emploi et il est important de le faire savoir largement !

Article précédent
Prism'emploi
Prism'emploihttp://prismemploi.eu
Prism’emploi - Professionnels du recrutement et de l’intérim - est l’organisation professionnelle, qui regroupe plus de 600 entreprises de toutes tailles, présentes sur l’ensemble du territoire grâce à leurs 10 000 agences d’emploi.

Ses autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles associés

Derniers articles

Myriam El Khomri

Myriam El Khomri, directrice du conseil du Groupe DIOT-SIACI, répond aux questions du Blog sur les leviers dont dispose la branche du travail temporaire pour progresser en matière de santé et de sécurité au travail.

Cap vers le plein emploi !

Dès l’ouverture de la REF 2022, la Première ministre Elisabeth Borne a donné le ton d’une ambition partagée au service du plein emploi pour notre pays, en affirmant avec force qu’ « il n’y aura pas de plein emploi sans bon emploi ». Elle appelle donc tous les acteurs à se mobiliser pour lever les différents freins à cet objectif et cheminer vers un marché du travail plus attractif et inclusif.

Une urgence absolue : lutter contre les contrats socialement moins-disants

Aujourd’hui, alors que les salariés intérimaires recherchent la sécurisation de leurs parcours, des contrats socialement moins-disants voient le jour, qui concurrencent frontalement le modèle de flexibilité responsable proposé par la branche du travail temporaire.

Vous souhaitez recevoir les derniers articles ?

Abonnez-vous à nos alertes.