Mission Jeunes : mobilisation en faveur de l’emploi des jeunes

Prism’emploi, le Ministère du Travail et l’Union Nationale des Missions Locales ont renouvelé leur engagement en faveur de l’emploi des jeunes. Prolongement du partenariat initial signé en 2014 et renouvelé en 2018, Mission Jeunes renforce les liens entre les agences d’emploi et les missions locales pour faciliter l’accès à la qualification et à l’emploi des jeunes. Le FASTT, AKTO et le FPE-TT sont également signataires.
Une coopération public/privé exemplaire au service des jeunes

Les acteurs publics et privés de l’emploi ont déployé de nombreux outils durant la crise pour accompagner les jeunes et les employeurs, dans le cadre du plan gouvernemental « Un jeune, une solution » lancé en 2020. Fin 2021, le Ministère du Travail, le réseau des Missions locales et les acteurs de la branche du travail temporaire, Prism’emploi, le FASTT, AKTO et le FPE-TT, ont signé un nouvel accord cadre afin de maintenir la dynamique partenariale et la pérenniser à l’échelon régional et territorial. Les services de l’Etat, les équipes territoriales de la branche du travail temporaire, les agences d’emploi et les Missions locales mettent en commun leurs outils et dispositifs d’accompagnement pour préparer les jeunes à l’emploi et lever les freins qu’ils rencontrent dans leur parcours.

La reconduction de l’accord traduit une volonté de pérennisation et d’ancrage des actions menées compte-tenu des résultats obtenus, bien mis en valeur par le bilan du partenariat précédent. Depuis 2014, plus de 1 600 agences d’emploi partenaires se sont mobilisées auprès de 250 missions locales, permettant ainsi de proposer plus de 168 000 missions d’intérim à des jeunes. Parmi ces derniers, 58 000 ont bénéficié d’un accompagnement intensif dans le cadre du dispositif de la Garantie Jeunes, le Contrat d’Engagement Jeunes ayant désormais pris le relais.

“Nous accompagnons les jeunes vers l’autonomie”

Yanis Idirene, conseiller référent Garantie Jeunes à la Mission locale du Pays de Vierzon. 
Trois objectifs majeurs

L’accord se déploie autour de 3 axes :

  1. Rapprocher les jeunes et les entreprises :
    • Mettre en relation les entreprises par le biais de sessions de recrutement ou de forums ;
    • Promouvoir les métiers, par des visites d’entreprises
  2. Faciliter l’accès à l’emploi et à la qualification :
    • Préparer les jeunes aux entretiens de recrutement et sensibilisation aux codes de l’entreprise
    • Mettre à disposition des outils numériques pour travailler les softskills et les compétences (Mission possible, Testyourselfie, EvoluCap…) ;
    • Développer et mettre en œuvre des projets formation.
  3. Lever les freins périphériques à l’emploi, notamment grâce aux solutions apportées par le FASTT (garantie d’accès au logement, solutions de garde d’enfants, services de location de véhicules…).
L’intérim : un tremplin vers l’emploi

Grâce à la collaboration de tous les acteurs, le programme permet de proposer aux jeunes l’accès à des missions d’intérim et à une offre de services d’accompagnement, allant de la préparation des jeunes à la levée des freins périphériques à l’emploi, en passant par des actions de mise en relation avec les entreprises et des programmes de formation. Pour les jeunes, en particulier ceux qui sont faiblement qualifiés et sans expérience professionnelle, l’intérim constitue une véritable passerelle vers l’emploi et la qualification en leur facilitant l’accès à une première expérience professionnelle.

Prism'emploi
Prism'emploihttp://prismemploi.eu
Prism’emploi - Professionnels du recrutement et de l’intérim - est l’organisation professionnelle, qui regroupe plus de 600 entreprises de toutes tailles, présentes sur l’ensemble du territoire grâce à leurs 10 000 agences d’emploi.

Ses autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles associés

Derniers articles

Plateformes d’emploi : un jeu d’équilibrisme

Dans cette tribune, World Employment Confederation-Europe défend l’idée que ces plateformes ne sont pas une nouvelle forme de travail mais seulement une nouvelle façon de l’organiser et que les principes de droit qui les régissent existent déjà et doivent donc être respectés

Regards croisés sur l’apprentissage

Sylvie Charrière, député de Seine-Saint-Denis et Pascal Picault, président de la Fédération des directeurs de CFA-OFA (Fnadir), échangent sur la nécessité d’améliorer la connaissance réciproque du monde de l’entreprise et de l'univers éducatif afin de parfaire les conditions de l’apprentissage.

Carole Grandjean

Carole Grandjean, députée LREM, membre de la commission des Affaires sociales et DRH de formation, répond à nos questions et présente les mesures à déployer lors du prochain quinquennat pour atteindre l’objectif plein-emploi.

Vous souhaitez recevoir les derniers articles ?

Abonnez-vous à nos alertes.